Skip to Content

Monthly Archives: novembre 2011

Nav sur Iphone / Ipad

Par

A la demande de beaucoup d’entre vous, voici une nouvelle page sur le site http://www.sailaway.be : quelles sont les app’s Iphone / Ipad que j’utilise pour naviguer…  A voir sur http://www.sailaway.be/mac.html (by the way, la plupart sont également dispos pour Adroid)

 

Lanza nous voilà

Par

mardi 8 novembre 2011 – 0200H – dernière nuit au large de Lanzarote

Terre !
On distingue les premières lueurs de la civilisation. L’île est là. La VHF crépite en espagnol depuis quelques temps, on a croisé 2 cargos et dépassé un voilier : on approche. Il va falloir se remettre en mode “côtier” maintenant : affiner les caps, faire plus attention au trafic. On devrait poser les amarres à quai à l’aube.
Belle traversée, météo très clémente. Cette dernière nuit, par exemple, est d’une grande douceur. Quel contraste avec la fureur de la première nuit. On est passé en été, ces pays où – comme dirait le grand Jacques – il n’y a pas d’hiver, mais ce n’est pas l’été.
Retour à terre maintenant. Le Merena va prendre ses quartiers dans la marina Rubicon, dans le sud de l’île de Lanzarote. En bonne compagnie: entouré des tour-du-mondistse qui n’ont pas encore traversé l’Atlantique et des retraités allemands qui viennent musarder sur les quais, en singlet, avec en main une bière tiédie par le délicieux climat…
Pas de navigation donc pendant un mois avec un retour à la mère patrie et une grande envie de vous entendre et de vous voir. On fera encore une petite vidéo (merci Bruno !) et j’aurais quelques photos à vous montrer. Je serais à Bruxelles à partir du 9 novembre. Au plaisir !
Merena – out (comme on dit à la radio).

19.7 kts

Par

lundi 7 novembre 2011 – 30°42 N 011°56 W – 1030H – au large de Essaouira

Belle nuit de portant fort, sous spi avec une mer formée et les longs surfs qui l’accompagne. Hugues nous gratifie du record: 19.7 kt au GPS. Vers 0400H du matin on décide d’affaler pour le garder en un seul morçeau ! Mais toujours pas un nuage ! C’est en bras de chemise et en terrasse que l’on prend le petit déjeuner (oeufs, bacon, tartines, grand crème) sous pilote, qui se débrouille bien d’ailleurs, à plus de 10 noeuds avec encore de jolis surfs à 14/15. Il nous reste environ 150 miles avec deux empannages (au moins).
Sylvie m’envoyait hier soir la remarque concernant le manque de photos du large. Hélas… Mais à bien réfléchir, c’est peut-être une bonne chose. Pour les bruxellois d’entre vous, avez-vous remarqué affiché sur la devanture de la célèbre librairie Filigrane le slogan: “Faites votre propre film, lisez un livre ” ? Si le pouvoir des mots était finalement plus évocateur qu’une mauvaise photo ? Sans doute.
Je lis actuellement un essai d’Erik Orsenna et Isabelle Autissier décrivant un voyage en Antartique. Et je suis content qu’il n’y ait pas de photos. Juste une carte de temps en temps. Il me semble que la description du ciel plombé au ras des icebergs, que les rafales glacées tombant à pic des glaciers, sont encore plus froides et évocatrices que si elles étaient légendées sous de belles images. Débranchons les appareils et laissons nous porter, les yeux fermés, sur la longue houle de l’Atlantique…
Bon, sans rire, évidement qu’il y aura aussi des photos et des vidéos, dès qu’on sera à terre !

Meunier, tu dors ?

Par

dimanche 6 novembre 2011 – 33°53 N 12°30 W – 1200H – au large de Casablanca


Meunier, tu dors ! Hé oui, on a un peu trop dormi cette nuit. Longue houle, vent mollissant, température en nette hausse, tout était propice au farniente, et c’est ce qu’on a fait ! Pousser nonchalamment – et fréquemment – sur le +1 du pilote automatique pour garder un angle suffisant avec le vent et que les voiles ne battent pas dans cette mer encore formée…
Ce matin, on peut voir une belle virgule vers l’ouest sur la carte. La sanction est tombée vers 0800H: “tu vas trop vers l’Ouest !” Ben, oui, c’est vrai ! D’autant plus que le risque est une belle pétole de ce côté là pour les jours qui viennent. Alors que le long de la côte marocaine il y a toujours un flux sympa et même assez fort… Café, tartines, empannage, spi. Oui, dans cet ordre là, on est pas en course !
Actuellement le tableau est assez idyllique: beau spi bien blanc sur une mer bien bleue, 15 à 17 noeuds de vent portant, la houle qui nous vient beaucoup plus arrière sur ce bord (elle est encore de 3 à 5 mètres tout de même), mais surtout: le T-Shirt et même pas froid ! On dirait le Sud. Et c’est ma foi vrai, nous sommes à la latitude de Casablanca. Il me vient à l’esprit cette superbe réplique de Humphrey Bogard dans le film en question (à moins que ce soit dans le port de l’angoisse ?): “If you need me, just whistle, and you know how to whistle, don’t you ? You just put your lips together and blow”… Bon dimanche !

Large de Tanger

Par

nuit du 5 au 6 novembre 2011 – 35°47N 010°49 W – 2300H – au large de Tanger



Est-ce la hauteur des crêtes, la pureté de l’air ou le simple coup d’oeil à la carte qui nous fait dire que l’on sent enfin le large depuis le début du voyage ? Comme un déclic, on y est, les amarres sont vraiment larguées et l’on peut se fondre dans l’immensité. Toujours sous voiles très arisées, le bateau trouve sa route, tel un animal, son biais. Le pilote automatique travaille moins, il semble avoir compris le rythme. L’allure est pourtant élevée – toujours au delà de 10 noeuds – mais la mer s’allonge et s’arrondit. Le spectacle est d’une très grande beauté et ne se laisse pas capturer par l’objectif, comme s’il voulait nous réserver cette primeur. Le ciel ressemble déjà à celui de l’alizé, parcouru de petits nuages cumulus charmants. L’air est piquant et il n’est pas encore question de sortir sans veste. Le pont est quasiment en permanence transformé en torrent de vagues qui finissent dans le cockpit et mouillent l’imprudent qui serait nonchalamment sorti prendre le frais. Le cap Saint Vincent, pointe Sud Ouest du Portugal – et de l’Europe – se dispute avec El Jadida au Maroc d’être la côte la plus proche.

Au large du Cap St Vincent

Par

samedi 5 novembre 2011 – 36°38N 010°13 W – 0900H – au large du Cap St Vincent

Nous sommes repartis hier soir. Trinquette, deux ris et ça a bien allumé toute la nuit. La houle est très grosse et déferle de temps en temps. Le vent souffle les crêtes. Quand nous dévalons la colline, le speedo s’affole ! Toutes les heures nous avons droit à un petit grain ; pluie, éclairs et shifts de vents. Magnifique. On dirait un petit avant goût de grand sud… Le bateau se comporte bien, sous pilote avec le chauffage à fond pour se sécher entre chaque grain. Toutes les voiles de portant sont dans le carré ce qui permet de se reposer en ciré, prêt à intervenir dans les surventes. Les scores sont à la mesure de l’ambiance. On passe la latitude du Cap Saint Vincent ce matin et celle de Gibraltar ne devrait pas traîner ! Il reste 500 miles pour le Sud de Lanzarote… A donf !

Marina de Cascais

Par

mercredi 2 novembre 2011 – 1900H – Lobby de la Marina de Cascais


C’est depuis le cuir du confortable fauteuil du lobby de la marina de Cascais (banlieue chic de Lisbonne) que je vous écris ce soir… Les vagues du large passent au dessus des jetées et des trombes de pluie s’abattent sur nous. La nuit vient de tomber et c’est tant mieux ! Nous sommes en contact incessant avec le centre météo de la rue Lanfray pour savoir quand les conditions vont se mettre si pas au beau au moins au “correct”. En effet, après la tempête, la houle sera notre prochain soucis. Jusqu’a 8 mètres prévus…
Enfin, pour ce soir, la seule vraie question est de savoir si on va déboucher un vin du Douro ou de l’Alentejo pour se remonter le moral !

L’année du près ?

Par

lundi 31 octobre 2011 – 0945H – 40°07N 010°06W
A la latitude de Figueira da Foz.
L’année du près ?!?!

Le vent est revenu, mais on tire toujours des bords au large du Portugal ! L’alizé portugais devrait être un vent du Nord, accompagné d’un courant portant également qui devrait nous pousser gentillement vers le Sud. Eh non ! Ca me rappelle les Antilles, il y a quelques années. Nous étions en navigation dans la région Guadeloupe – Les Saintes – Marie Galante et un jour le vent s’est mis à souffler d’Ouest, ce qui n’arrive jamais. Les guides de croisière ne mentionnent évidemment aucun mouillage abrité de l’Ouest et donc on voyait de braves plaisanciers, à qui l’on avait vanté la stabilité du vent dans les îles qui erraient, hagards, à la recherche d’un coin pour se poser. Appels à la VHF, cafouillages, hésitations. Il y avait ceux qui décidaient de rester en mer, d’autres qui, se référant aveuglément au texte de leur pilotbook, tentaient tout de même un hasardeux mouillage au vent d’une côte devenue exceptionnellement dangeureuse… Eh non, mon bon monsieur, rien n’est sûr dans notre beau métier !

Latitude de Porto

Par

dimanche 30 octobre 2011 – 1930H (nouvelle heure !) 41° 27 N et 010° 33 W
A la latitude de Porto.


Une très grande houle, majestueuse et puissante. Quelle énergie. Qui vient de si loin. Le vent qui l’a créée n’existe déjà plus comme sans doute la lumière de certaines étoiles que nous voyons. La mer est abstraite, au sens premier du terme. Abstraite du monde, de notre monde. Régie par des lois et des principes différents et essentiellement inhumains.
Ce peut être pour nous un point de départ d’une réflexion justement abstraite, débarassée des contingences de notre monde. Elle peut nous poser les vraies questions. Serons-nous capable de les entendre ? Sans même parler des très éventuelles réponses ! Et la poulie qui coince, la fuite du hublot ou le mal de mer ne vont-ils pas nous en détourner ?
J’ai voulu croire qu’on ne pouvait “s’abstraire” que sur un bateau parfaitement en ordre dans une météo impeccable mais il n’en est rien. Sans doute ces problèmes sont nécessaires à notre survie mentale. Sans to-do list, pas de vie ? La peur du vide et de l’absolu, même ici ? Il va falloir faire des efforts !
Nous longeons la côte du Portugal de trop loin pour la voir. Le ciel est beau au moment du coucher. Bonne nuit à tous !