Fin de saison…

Dernier coucher de soleil sur l’océan, le prochain sera sur un verre de Cabernet Sauvignon (espérons!)  Avec cette longue traversée (26 jours) s’achève aussi la première saison des quatre prévues pour le voyage de Merena autour du monde…  Dans quelques heures apparaîtra la fameuse Table Mountain du Cap et avec elle l’heure des bilans…

Le bateau, tout d’abord, s’est bien comporté.  Taillé pour le large, il a pu s’exprimer même s’il a manqué de belles et longues journées de portant et de glisse… Bien préparé – merci Thibaut – il n’a causé aucun soucis et la todolist pour Cape Town est ridiculement courte et prévisible.  Tous ont salué son incroyable confort dans son dénuement et sa simplicité.

Les équipiers ont – je l’espère et je le crois – apprécié le chemin parcouru.  Il s’est créé de grands et petits souvenirs, de belles connivences, des visions inoubliables, des sentiments de franche camaraderie.  Un grand remerciement pour leur présence à bord à (par ordre d’apparition) Hugues, Michel, Antoine, Alexandre, Guillaume, Sylvie, Félix, Aristote, Fred, Mireille, Marco, Pascal, Léopold, Bruno, Sophie, Valérie et Pierri.  Ceux qui n’ont pas pu venir de justesse – ils se reconnaîtront – seront les bienvenus la prochaine saison !

Merci à ceux qui ont répondu à ces billets par des encouragements tantôt tendres tantôt enthousiastes. Transmis à bord, ces messages ont été dégustés mot par mot, comme on goûte un grand cru.  Merci aussi à ceux qui ont aimé sans rien dire !

Merci enfin à ma chère Sylvie, à son soin et son amour incessant; logistique, météo, conseils, encouragements et réconfort, rien de tout cela ne serait possible sans elle.

Quant à moi, je suis heureux, le grand large a tenu ses promesses et nous les nôtres.  Les 10.000 miles depuis Nieuwpoort m’ont ravi, les 12 escales (Brighton, Camaret, Cascais, Lanzarote, La Gomera, Mindelo au cap Vert, Fernando de Noronha, Recife, Salvador, Vittoria, Rio de Janeiro et bientôt Cape Town) ont été des retrouvailles ou des découvertes délicieuses.  L’évocation des lectures et des cartes se vérifie.  Alors que d’aucun affirment le plaisir du local voire la défiance de l’ailleurs, l’obsession de la mappemonde a eu raison.  Les parents ont du laisser trop longtemps les enfants devant une planisphère.  Et, bien plus que sur Goolgle Earth – trop voir, c’est
moins rêver – quand on perçoit le voyage dans les yeux de ceux qui reviennent, dans le détour de leurs phrases et de leurs silences,  on sait qu’il faut partir.  De plus, au plaisir pur des paysages et des rencontres s’est mêlé celui de le raconter.  Non pas comme récit de mer mais comme confidence des émotions.  La réjouissance du récit sublime le plaisir du voyage. Et s’il n’y a pas d’autre but, c’est la promenade elle-même qui compte.

Le Merena va maintenant se reposer quelques mois en Afrique du Sud.  Il repartira en novembre prochain pour de nouvelles aventures et un nouvel océan: l’indien.

PS
Une aventure se termine et une autre démarre: dans quelques jours nous prenons en main un fabuleux bateau – un cata de 50 pieds très performant dessiné par mon ami Christophe Barreau.  De Lorient à Nieuwpoort où il restera un mois (en mai) pour que vous ayez l’occasion d’en goûter. Ensuite, on partira en croisière vers l’Ecosse, la Norvège et les mythiques îles Lofoten. A bon entendeur…

—-

Le journal, les photos et vidéos … sur  http://www.sailaway.be/world